Commune d'Ain Fares

Print

Ain-Fares a été créée en 1888 , elle est située à 15 Km au Nord – Est du chef lieu de la wilaya.

Elle s’étend sur une superficie de 51 km2  et compte une population de 12 873 habitants(en 31/12/2013). La Densité de la population est de 252 habitants par km2.

L'origine du nom d'Ain-Fares , est un mot arabe signifiant " la source d'eau du cavalier ".

De part sa situation géographique , l'agglomération d'Ain-Fares se trouve sur l'axe routier Mascara – Alger traversée par la route nationale n° 7.

Lors du découpage administratif de 1991 la commune Ain-Fares est devenue chef lieu de Daira , elle englobe deux agglomérations secondaires village Norreddine et Ababssa et vingt six (26) douars Ouled Boualem , Gheraibia,Ouled Boukhaloua , Hebailia , Sedriouène ,

Ouled Sidi Ahmed Ben Youcef , Kefaifia , Ouled Sidi Ahcène , Arraissia , Ouled Mebarek , Ouled Mokhtar , Ouled Sellam Ouled Athmane Nehahla, Draraa , …

Situation géographique :

La commune d’ Ain-Fares est située dans la partie ouest de la région du tell,la zone septentrionale géographique de l'Algérie .

Elle se trouve à 2°1 longitude ouest et 35°27 latitude moyenne , avec une altitude se situant entre 700 à 900 mètres .

Elle est limitée :

La commune s'étend sur le versant Sud d'un contrefort de la chaîne Atlas Beni-chougrane et sur la partie nord de la plaine de Ghriss c'est-à-dire sur une partie située au alentour des versant sud des monts de Beni-chougrane.

Elle est liée au reste de la région , voir au reste du pays par la route nationale:

La commune comprend deux  (02) agglomérations secondaires hormis le chef lieu:

  1. village Norreddine située à 5 Km à l'ouest.
  2. Ain-Sellaf dit Bouhadi située à 4 Km au nord – Est.       

Le relief :

La commune d'Ain-Fares est divisée en deux (02) zones distinctes du fait de l'heterogeneité du relief.

  1.  les monts de Beni-chougrane.
  2. Une partie de la plaine de Ghriss ( pieds du versant sud des  monts de Beni-chougrane.)

Les  monts de Beni-chougrane :

Ces monts forment un croissant dans la partie Nord , ce massif correspond à la zone agricole des coteaux  d'Ain-Fares.

Les sols sont caractérisés par une faible proportion d'argile, de calcaire et de l'humus qui leur enlève leur cohésion, entraînant le fait qu'ils sont soumis à une érosion intense.

Sur les crêtes, les sols silico-calcaires manquent de profondeur mais les bas fonds , constitués de sable plus de la terre silico-argileuse rouge sont rapidement épuisés et vidés de leurs éléments fertilisants par lessivage.

La plaine de Ghriss : ( aux pieds du versant sud des monts de Beni-chougrane)

elle est caractérisée par des sols fertiles , rouges , riches en azote et en potasse mais pauvre en acide phosphorique et en chaux.

Ces dernières qualités permettent l'adaptation de ces sols à la polyculture (élevage, céréales, cultures maraîchères). Elle est situé au niveau du douar Gheraibia , ouled Mokhtar , ouled Mebarek et Araissia. 

Climatologie:

Le climat d'Ain-Fares est de type méditerranéen avec une tendance à la semi aridité. Il est caractérisé par des étés secs et des hivers froids, on note cependant de brusques changements de temps et des chutes de pluies surtout à la fin du printemps et au début de l'automne.

On note l'insuffisance du sirocco, vent soufflant du sud, engendrant des effets néfastes sur l'agriculture.

Des brouillards très épais s'annoncent à la fin du printemps l'insuffisance des vents d'ouest apportent à la région une humidité très bénéfique à l'agriculture avec des chutes de pluies variant entre 500 et 600 mm par an.

Les gelées sont fréquentes en hiver et s'échelonnent parfois sur plusieurs mois puisqu'on retrouve des gelés tardives en mars.

l'hydrologie :

La commune d'Ain-Fares compte quelques oueds dont la majeure partie du temps sont à secs et l'eau ne ruisselle qu'après des fortes pluies en hiver ou après des pluies torrentielles.

Donc , le problème d'eau se pose avec acuité et les différentes cultures sont menées en sec. Les superficies irriguées sont insignifiantes relativement à la superficie que couvre la commune d'Ain-Fares , ce qui fait la prédominance des cultures rustiques du vignoble et des grandes cultures.

Gaz de ville : le chef lieu est alimenté en gaz de ville depuis les années 90 et dernièrement.

L'agglomération secondaire village Norreddine vient de bénéficier d'un projet dont les travaux sont complètement achevés et deux cents foyers seront alimentés en ce produit précieux surtout pour cette zone exposée aux vents ou il fait très froid en hiver.


Alimentation en eau potable (AEP):

L'alimentation se fait à partir d'un château d'eau de 500 m³ dont sa capacité reste insuffisante. Il prend sa source d'un forage situé près de Sidi Daho dans la commune de Mamounia. Le projet de création d'un deuxième château permettra de pallier cette insuffisance étant donné que l'unique château alimente le chef lieu AIN-FARES , la commune de Feraguig et prochainement l'agglomération secondaire Ababssa , la plupart des douars de la commune sont raccordés au réseau principal reliant le forage au château d'eau , sauf le douar Sedriouène . certaines habitations du chef lieu possèdent des puits domestiques mais avec la faible pluviométrie ils sont presque à sec en été . Donc non utilisés.

Le réseau assainissement:

Le réseau existe sauf pour le douar Ouled Sellam qui se trouve greffé au chef lieu, il vit une situation sanitaire et hygiénique déplorable ou les risques de maladies hydriques peuvent se présenter. Donc perpétuellement la population de ce douar garde toujours sa dépendance au chef lieu. Ce réseau d'assainissement devra également être raccordé aux nouvelles habitations crées tel que le lycée ainsi que celles projetées. 

Les infrastructures sportifs :

Le chef lieu dispose d'un ancien stade communal qui est dépourvu de gradins avec l'accroissement de la population, il est préférable de penser à son extension , à son équipement et aussi à la création de stades combinés et de salle sports au chef lieu et au niveau des deux agglomérations secondaires , village Norreddine et Ababsa , ceci dans le but de développer les activités sportives nouvelles pour promouvoir le sport dans le chef lieu et les agglomérations secondaires.

Il est à noter que certains de ces équipements ont été programmé et qu'ils n'ont pu être réalisés. Il est nécessaire de les reprogrammer dans l'avenir dans les prochains programmes de développement.

Il existe une maison de jeune équipée de matériel moderne tel que les micro-ordinateurs et l'internet mais ces équipements restent sous utilisés par les jeunes et plus particulièrement les étudiants universitaires et les intellectuels étant donné l'accès à leur utilisation et payant avec un prix jugé élevé, il n'y a qu'une association qui active au niveau de cette infrastructure gigantesque.

La culture :                         

Une bibliothèque communale fut crée au niveau d'une salle de la cantine scolaire du chef lieu.     

Mais ce local est très restreints et ne peut contenir qu'un nombre réduit de lecteurs. A cet effet , il est fréquenté uniquement par les garçon du lycée et du CEM.l'ensemble  des étudiants des deux sexes attendent avec patience l'ouverture d'une salle polyvalente nouvelle construite. Elle sera opérationnelle dans les jours à venir. Elle sera l'embryon de la culture au niveau de la localité , car elle sera équipée d'un matériel moderne tel que (micro-ordinateur, matériel de musique, bibliothèque…) elle est située près du lycée et du CEM.

La formation professionnelle:

La commune d'AIN-FARES est dépourvue d'infrastructure pour la formation professionnelle, elle dépend toujours du chef lieu de wilaya. Chaque fin d'année scolaire un nombre important d'élèves du CEM et du lycée sont exclus et orientés vers le marché du travail. Par manque de qualification et de moyens financiers de leurs parents, ils se trouvent en chômage.

A cet effet, il est urgent d'implanter une annexe de formation professionnelle au niveau du chef lieu pour absorber cette masse de personnes inactives qui ne fait qu'augmenter le chômage et la délinquance.

L'agriculture :

Superficie et effectif:

La commune d'AIN-FARES est à vocation agricole. Elle compte une superficie agricole utile de 6.501 hectares dont 15 has seulement sont irrigués et le reste est mené en sec. Les exploitations agricoles collectives et individuelles issues de la dernière réorganisation des domaines agricoles autogérés (DAS)  sont au nombre de 105 (55 EAC et 50 EAI) pour un nombre de 281 bénéficiaires (231 bénéficiaires EAC et 50 bénéficiaires EAI). La superficie occupées par ces exploitations est de 1.767,30 has (les EAC : 1598 has et les EAI 169,30 has).

95 exploitations agricoles issues du programmé de mise en valeurs des terres par la concession occupent une superficie de 130 hac à cela s'ajoute exploitations privées pour une superficie 4.604 hac le nombre et les superficies occupées par chaque catégorie d'exploitation est illustrée dans le tableau ci-dessus.

Secteur des forets:

Programme TUPHIMO :

La conservation des forets a réalisé au niveau de la commune d'AIN-FARES dans le cadre du programme des travaux d'utilité publique à haute intensité de main d'œuvre (TUPHIMO) deux corrections torrentielles d'un volume de 500 m³ chacune soit 1000 m³ au total.

Programme d'emploi rural (PER):

Les forets ont réalisé dans le cadre du programme PER au niveau de la commune d'AIN-FARES 10 kilomètres d'ouverture de piste dont 5 kms au niveau du douar ouled sellam et 05 kms au douar Boukhaloua. 

Secteur : la santé

 La santé au niveau de la commune d'AIN-FARES se présente comme suit :

Au chef lieu: il est équipé d'une salle de consultation d'une maternité, d'une salle de radiologie constamment non opérationnelle pour cause radio en panne , d'une salle de soins dentaire, d'une salle de pharmacie ENDIMED fermée depuis la dissolution de l'entreprise, d'une salle de pharmacie privée et d'un cabinet médical privé.

En zone éparse : quatre (04)   douars sont pourvus de salle de soins, il s'agit du douar GHERAIBIA , ABABSSA, KEFAIFIA  et village Nourreddine.

Le personnel médical formé respectueusement comme suit: trois (03)  médecins généralistes , deux (02) chirurgiens dentistes et paramédicaux de trois (03) sages femmes et quatorze (14) infirmiers en soins généraux.

Les infrastructures sanitaires au niveau du chef lieu datent depuis l'ère coloniale, elles sont vétustes et éparpillées. Il est conseillé de construire une polyclinique regroupant tous les service avec des permanences de nuit et des week-end et à créer un laboratoire d'analyses dans l'immédiat étant donné qu'un nombre important de malades se déplacent au niveau des villes environnantes pour une simple analyse.

Tél:  045 80 80 15

Fax: 045 80 80 97